25 avril 2014
 

 Un post contre la violence faite aux personnes âgées

Il y a quelques temps, Jo a proposé à la Team des comploteuses oué, ça c'est mon côté conspiratrice... bientôt je vais te filer des recettes de poisons ^^ d'écrire un billet contre la violence faite aux personnes âgées... c'est un sujet qui m'a tout de suite parlé parce que... j'ai une amie qui est infirmière en gériatrie...

Je l'ai connue sur les bancs de l'école (nan, je suis pas infirmière ^^) et j'ai eu l'occasion de la voir au contact de ma grand-mère hospitalisée dans un état... on va dire quasi végétatif... Mon amie a juste pris la main de ma bonne maman et j'ai pu voir la transformation que cela opérait instantamément sur son visage : plus détendue, sereine... c'était impressionant, vraiment ! Lorsqu'elle a annoncé qu'elle se dirigeait vers la gériatrie, j'ai tout de suite compris, même si à la base ce n'est pas un choix que je ferais si j'étais contrainte et forcée de devenir infirmière pour je ne sais quelle obscure raison... je n'aime pas trop le sang, les plaies, les gens...  que c'était l'évidence, qu'elle était faite pour ce métier...

Du coup, pour moi, c'était aussi évident d'interroger mon amie sur son métier... Je trouve ses réponses pleine d'humanité et d'amour... Je te laisse juger... 

 

Depuis quand t'occupes-tu de personnes âgées ? Je travaille en gériatrie depuis deux ans. 

Pourquoi avoir choisi de t'occuper de personnes âgées ? J'ai toujours apprécié le contact avec les personnes âgées, leurs expériences de vie qu'elles veulent bien partager avec moi. En plus il s'agit d'un métier d'avenir puisque la population est vieillissante ! 

Une personne âgée est-elle un patient différent ? Faut-il adapter les soins pour elle ? Non je ne pense pas car toute personne dont on s'occupe est dans une situation de souffrance physique, psychologique et parfois sociale. Cependant les personnes âgées sont à la fin de leur vie et doivent faire face au bilan de celle-ci ainsi qu'à une certaine diminution physique et, parfois, ils peuvent se trouver aussi dans une situation où ils se rendent compte que leur mémoire s’efface petit à petit. Il faut alors les écouter et les aider au maximum sans les infantiliser. Certains soins sont adaptés pour elles. Il existe une spécialité en gériatrie pour les médecins (gériatre) et pour les infirmières (infirmière spécialisée en gériatrie).

Quelle satisfaction éprouves-tu par rapport à ton métier ? Je me sens utile et je crois avoir trouvé ma place. Je suis persuadée qu'il faut donner et on reçoit des choses extraordinaires en échange qui ne sont pas matérielles mais qui sont juste une caresse, un sourire, un merci lors des derniers moments pour avoir été là, une accolade de la part d'une famille reconnaissante. Bref je suis toujours persuadée de faire l'un des plus beaux métiers du monde. 
Et même si j'ai parfois les mains dans des substances particulières (avec des gants, les mains !) je pense faire un métier très enrichissant (et non je ne parle pas du lotto). 

Que penses-tu des homes en général ? et du traitement qui y est fait aux personnes âgées ? Personnellement, je pense qu'il existe de plus en plus d'infrastructures disponibles pour garder son parent à la maison un maximum. Mais les homes sont nécessaires pour les situations extrêmes où il n'est plus possible que le parent reste à la maison, lorsqu'il n'y a pas de famille, d'argent... Maintenant tout est une question de situation, il y a différents facteurs qui interviennent.
Il faut réfléchir aux différentes possibilités pour chacun et choisir en fonction. Mais cela reste un choix difficile: pour la personne qui doit être placée quand elle sait encore décider, pour la famille quand elle est présente, pour les assistantes sociales quand la personne est seule au monde. Je pense que chacun fait ses choix le mieux possible !
Il ne faut pas non plus faire une généralité. Tous les homes ne sont pas maltraitants avec les personnes âgées. Il existe de bonnes maisons de repos et de moins bonnes, il faut vraiment prendre le temps de faire le bon choix. 
Pour le traitement fait aux personnes, je pense que tout est encore ici une question de facteurs différents qui interviennent : la formation du personnel soignant, le caractère et la personnalité de chaque intervenant, le burn out.... Je dirais juste qu'à partir du moment où on a plus la patience de s'occuper de personnes âgées il faut passer la main. 
Aux personnes (et cela existe) qui prennent plaisir à la maltraitance physique comme psychologique, je dirais juste : un jour nous aurons leur âge et j'espère qu'elles ne tomberont pas sur un soignant comme elle.
 

comments powered by Disqus