20 août 2014
 

 Transcendance : un Johnny Depp inquiétant

Je viens de terminer Transcendance, un film qui m'a fait énormément réfléchir si, si, ça m'arrive sur l'humain et son avenir que de bons moments en perspective ^^

Le pitch (attention spoiler inside)

Le docteur Will Caster travaille avec un groupe de scientifiques, dont sa femme, Evelyn, afin de concevoir le premier ordinateur doté d’une conscience : un peu la Roll's de l'intelligence artificielle. Ceux-ci sont victimes d'une attaque simultanée de terrorristes anti-technologiques qui blessent mortellement Will. Avec l'aide d'Evelyn, Wil! transfère sa conscience dans PINN (un peu comme le code mais avec un N de plus, oui), l'ordinateur que le projet a mis sur pied. 

 

A partir de là, tu sens bien que tout va partir en sucette (ne lis pas plus loin si tu ne veux pas être définitivement spoilé !). Will ou, en tout cas, ce qui reste de sa conscience, demande à être connecté à Internet afin de se développer... Evelyn, toujours amoureuse, fonce et, très rapidement, le nouveau Will voit ses capacités et ses connaissances se développer de manière exponentielle et... effrayante ! Le point de non retour est clairement atteint lorsque Will parvient à contrôler les humains qui ont été en contact avec les nano-particules qu'il a créées. Les humains modifiés par la technologie sont, en fait, "transcendés", améliorés mais pas seulement puisqu'ils sont également mis en réseau comme plusieurs représentations de la volonté de Will. Chaque humain est désormais unique et faisant partie d'un tout, d'une collectivité volontaire.  Will est capable de se construire un corps organique... 

 

Parallèlement à cela, d'autres scientifiques qui ont jadis travaillé avec Will, le gouvernement et les membres de la faction terroriste anti-technologique décident de stopper Will en mettant au point un virus informatique qui attaquera le code source de Will (c'est un peu plus compliqué mais je synthétise un max !!)... ce qui va également mettre fin à toute technologie.

Il n'y a pas trop de mystère quant au résultat de l'utilisation du virus puisque, dés le début du film, le téléspectateur sait que l'humanité va être confrontée à un blackout... Mais, je te laisse quand même la surprise de la manière dont Will et Evelyn vont gérer cela... (après avoir intégralement raconté le film, je me donne bonne conscience ^^)

 

Mon avis (toujours en mode spoiler)

J'ai vraiment apprécié ce film... Je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il provoque autant de questionnement chez moi alors que, finalement, l'histoire en tant que telle n'apporte pas grand chose au genre. 

Déjà, le parti-pris de commencer par la fin du film rassure (en tout cas, moi, ça me rassure ^^) : l'humanité va être modifiée profondément mais on n'est pas parti pour l'apocalypse... Bon, là, désolée pour ceux qui aiment (dont la barbare) mais j'ai du mal avec les univers post-apocalyptiques déprimants et violents c'est mon côté bisounours D'un autre côté, ce choix offre peu de surprise au téléspectateur... 

Ensuite, cela avance vite : les personnages sont identifiés, l'attaque terroriste a lieu, le héros va mourir... Son esprit est téléchargé et, de suite, il demande à être connecté sur le Web. Pas de temps mort ! Et pourtant, il se dégage de l'histoire une certaine lenteur... Evelyn et Will ont quand même le temps d'en arriver à la création d'un corps de nano-particules avant que le gouvernement ne se décide à intervenir... A ce moment, il est quasi déjà trop tard... la machine ne devrait plus pouvoir être stoppée. On peut y voir une incohérence majeure... Certes. 

C'est alors qu'apparaît la partie très girly du film : si l'utopie technologique meurt c'est parce que Will choisit de sauver Evelyn... A ce moment, le téléspectateur sait (en même temps qu'Evelyn) que l'intelligence artificielle, la machine, est en fait bel et bien Will. En mourant, ce dernier explique d'ailleurs que ses choix étaient motivés par ceux de son épouse : sauver la planète, éradiquer la pollution, les maladies et la mort. En bref, toute cette histoire est, en réalité, un cri d'amour : amour d'une femme à l'homme qu'elle aime et inversément. Amour qui aveugle, qui manipule, qui fait fît de l'éthique et, finalement, amour qui sauve et qui réunit. Etait-ce nécessaire ? Pourquoi vouloir à tout prix féminiser le genre SF ? Même si, perso, cela m'a plu (c'est mon côté indécrottable romantique ^^), je peux comprendre que, pragmatiquement, cela range le film dans la catégorie sentimentale... Un peu dommage de ne pas avoir appronfondi le questionnement éthique par rapport aux développements amoureux de l'intrigue. 

Niveau casting, on retrouve Johnny Depp à la fois déshumanisé et pourtant amené à faire des choix terriblement humains... Morgan Freeman que j'ai l'impression de voir dans tous les films de SF du moment (Oblivion, Lucy)... Kate Mara, vue dans House of Cards (et dans un paquet de films, hein) et dont la soeur avait été pressentie pour interpréter le rôle d'Evelyn.

Pour conclure, je dirais que Transcendance est un bon divertissement qui, pour les puristes, pourra paraître ne rien apporter de neuf à la SF (note du barbare qui passait par là : pas "pourra paraître", le film n'apporte clairement rien de neuf... le thème est vu et revu et, au final, c'est juste une histoire d'amour... Ou comment bousiller les talents de critiques cinéma de Fedo ^^)

 

 

 

 

comments powered by Disqus