21 mai 2014
 

 Rosemary's Baby, la série

Dans la veine des adaptations cinématographiques, Rosemary's Baby, le film de Roman Polanski a été adapté en une mini série de deux épisodes. L'intrigue a été transposée à Paris, au lieu de Manhattan pour la version originale, où Rosemary et Guy Woodhouse, jeune couple d'américains, s'installe dans un spacieux et luxueux appartement appartenant à Roman et Margaux Castevet. Rosemary est intriguée par les Castevet qui sont pour le moins intrusifs. Tandis que Guy considère Roman comme une sorte de mentor et voit les portes de la gloire littéraire s'ouvrir à lui. Bientôt, Rosemary tombe enceinte... 

Etrange que cette mini série de 2 épisodes... d'autant qu'ils font 90 minutes chacun... le temps de 2 téléfilms... Perso, je trouve ça bizarre.. mais soit, passons. 

Niveau casting, j'étais agréablement suprise puisqu'on retrouve, dans Rosemary's Baby, Patrick J. Adams alias Mike Ross de Suits, Jason Isaacs, Lucius Malefoy qui m'a fait littéralement mouiller ma culotte dans Awake et Carole Bouquet qui cause bien anglais avec un petit accent français so lovely... et qui, visiblement, a été payée pour rouler des pelles à toute la distribution ^^

Et à part ça ? euh... bof... les clichés pleuvent : entre la tour Eiffel et Notre-Dame, Paris est romantique à souhait et les parisiens vivent dans les années 50... Le suspens est peu présent... en même temps, j'avais déjà vu le film original, difficile donc d'être surprise... mais bon, l'ambiance n'est ni glauque ni poisseuse... ça ne fait pas peur... Le plus surprenant dans tout ça, c'est d'entendre une floppée d'acteurs parler anglais à la perfection mais avec un accent français... c'est aussi peut-être que l'histoire se déroule en France ^^ Mais alors pourquoi ne pas faire parler les Français en français, du moins lorsqu'ils se parlent entre eux, et sous-titrer les dialogues en anglais ? (difficile d'imaginer du personnel hospitalier parisien s'éclamer des Oh my god avec un naturel déconcertant). Sinon, la série n'a définitivement aucun intérêt ! Les incohérences pleuvent, c'est joué sans profondeur... et le choix de la bande son n'aide en rien à faire monter le suspens... 

Très honnêtement, jusqu'ici, entre From Dusk Till Dawn où, après un épisode prometteur, je m'ennuie ferme et l'insipide Rosemary's Baby, les reprises de film ne me font pas vibrer, si ce n'est l'excellent Fargo qui, je le rappelle, ne fait que s'inspirer de l'univers des frères Coen sans le copier. Espérons que celles qui viendront, et notamment Constantine, seront moins décevants...

comments powered by Disqus