13 avril 2014
=(comments_counts[1066])= commentaires
 

 J'ai peur de te déranger...

Je ne sais pas toi mais il y a une phrase que j'entends beaucoup ces temps-ci, c'est "J'ai eu peur de la déranger"... que tu pourras d'ailleurs trouver en alternance avec "Je n'ai pas osé la déranger"... Ne cherche pas, c'est parfaitement normal, elles sont cousines...

Cette super phrase je l'entends dès qu'il est question de prendre des nouvelles de quelqu'un qui va mal... Définition de quelqu'un qui va mal : quelqu'un qui est malade, qui aide un malade, qui a le moral dans les chaussettes, qui a perdu son boulot, qui ne trouve pas de galak coco, etc. Nan, mais t'inquiète, c'est juste un rappel rapide pour celles qui ne savent plus... Bref, si tu me suis évidemment que tu me suis, t'es pas tombée ici par hasard ^^ tu sais que pour l'instant j'ai une proche collègue qui s'est chopée une "longue et pénible maladie"... 

Tu te doutes bien que c'est un peu le sujet de conversation et qu'inquiètude de pas mal de gens dans notre entourage commun (parce que bon, en 15 ans, je connais ces gamins, elle connait mes parents... on a suivi des cours ensemble donc on a aussi des potes en commun... et je ne parle pas des autres collègues de boulot proches ou plus éloignés... bref, on en parle) et, parfois, on me sort "t'as des nouvelles ? j'ose pas en prendre... j'ai peur de la déranger... d'arriver à un mauvais moment... d'attrapper son cancer... d'être changé en dinosaure-zombie... biffer la mention inutile

Alors, je te le dis tout de suite, évite donc de m'agresser sauvagement si je peux le comprendre des pas proches (genre, tu connais à peine la nana), je me demande quand même ce qui peut bien passer par la tête des proches (assez proches pour avoir son numéro de gsm perso... oui, c'est relatif... mais pour moi qui suis une handicapée de la vie privée, donner mon numéro de portable c'est être plus ou moins proche... sauf si t'es livreur de kebbab... dans ce cas, c'est juste commercial un question de vie ou de mort...)

Ouais parfaitement, je me le demande ! Je t'explique : tu vas mal, très mal... tu te sens un peu désespérée... t'as un message de soutien, quelqu'un pense à toi et tu vas te dire "putain, qu'elle connasse ! elle me dérange !". Bon admettons, c'est possible, chacun son tempérament mais dans ma petite tête, naïvement, je me dis que la personne qui va pas bien, ça va lui faire un peu chaud au coeur de savoir qu'on pense à elle... pas qu'elle fait pitié hein... d'ailleurs, elle est même pas obligée de répondre... juste, elle sais qu'elle n'est pas seule... et ça c'est inestimable...

Ma maman, elle a eu une "longue et pénible maladie" en 2001, et depuis, je n'oublie pas qu'une petite attention, une carte ou un message d'encouragement ça peut tout changer... parce que ces maladies-là, il faut aussi un moral d'acier pour les vaincre... 

chargement