08 décembre 2015
 

 Instruction ou éducation ?

Avant de commencer, j'ai envie de te mettre en garde. Ceci n'est pas un billet pro ou contre enseignants : j'ai une formation initiale de prof, j'ai beaucoup de connaissances (amis et famille) dans l'enseignement... C'est juste une réflexion perso que j'ai envie de partager avec toi (Si tu n'est pas d'accord et que tu comptes m'insulter, je te conseille de passer ton chemin... parce que oui, il y a des chances, que je ne sois pas tendre avec mes amis les profs dans ce billet... maintenant on peut ne pas tous être du même avis, hein ^^)

La poulette est en deuxième primaire. Elle a 7 ans. Elle a commencé l'apprentissage de la lecture l'année dernière. Elle a plutôt de bons résultats, elle fait partie des enfants qui n'ont pas de difficultés particulières d'apprentissage (Excepté en gym... mais 2 ans de cirque le mercredi après-midi ont grandement amélioré sa note en gym ^^). Bref, je m'égare.

Cette année, en septembre, lors de la réunion des parents, on nous a bien fait comprendre qu'il ne fallait pas se reposer sur ses lauriers (ok), que l'apprentissage de la lecture était un processus continu (ok), idem pour les tables de multiplication (ok) et que les parents devaient prendre activement part à cet apprentissage (moui, moui...). En tant que parents, nous DEVIONS faire réciter les tables à nos enfants. En faire un jeu. Par exemple, le matin dans la voiture. Moui, moui... Là déjà, on sent bien que l'instit de notre fille est une nana toujours enjouée, une nana espiègle qui a bien compris le sens du mot "jeu". Si. Une nana qui n'a pas besoin de 3 litres de café noir pour arrêter de grogner. Une nana qui pense que tous les parents sont des pédagogues (qui n'ont pas besoin de 3 litres de café pour être espiègles et créer des jeux autour des tables de multiplication... le MATIN... dans la CIRCULATION..). Bref.

 

Nous devions également participer à l'apprentissage de la lecture... Et faire lire CHAQUE jour la poulette... Oui, oui... On le fait ! Parce qu'on s'est bien rendu compte que si on ne tenait pas compte de ce "conseil" (c'est un conseil quand on utilise le verbe devoir ?), jamais la poulette ne lirait correctement. Définition maison de correctement : à plus de 0,000001 à l'heure... J'exagère ? à peine ! 

Alors, on s'est un peu chamaillé le barbare et moi (rappelle-toi, ceci est un billet sur l'école... à l'école, on se chamaille... ) : je trouve que les parents doivent être un relai à l'école et le barbare pense que les parents éduquent et les enseignants instruisent. 

- Oui, je suis d'accord, c'est aux enseignants d'instruire. Mais comment veux-tu faire dans une classe de 20 gosses. 

- Et comment, ils faisaient avant ?

- Aucune idée... ce n'était pas la même époque. On peut la faire lire tous les jours un peu...

- Oui, on peut... Après nos journées de boulot respectives... on fait le job de son instit...

- C'est pas faux... C'est vrai que, systématiquement, toutes les activités se déroulent en journée... même celles parents inclus. Je dois toujours prendre des heures de congé pour y participer...

- Tu vois !

 

Oui, je vois... Je vois aussi que chez nous, on a l'habitude de lire une histoire à la poulette chaque soir. Que désormais, elle participe à ce moment (de plus ou moins bonne grâce en fonction des jours). Qu'un pur moment de "détente" est devenu prétexte aux apprentissages. Que chez nous, il y a des livres (tu m'étonnes, c'est mon métier ^^) mais que d'autres parents n'ont peut-être pas un environnement propice à la lecture avec leur gamin. Qu'éventuellemnt d'autres parents ont eux-mêmes des problèmes avec la lecture. Qu'il existe aussi des parents dont le français n'est pas la langue maternelle. Ou qui ont des journées plus longues que les nôtres (déjà bien chargées) ou... 

 

Alors, parfois, je pense que le barbare n'a pas tout-à-fait tort. Je pense que c'est à nous d'éduquer la poulette. On lui apprend la politesse, les valeurs qui sont les nôtres ou qui nous paraissent justes. On tente même de lui inculquer un peu d'esprit critique et de second degré. On cause écologie, religion, racisme et terrorisme... On relit ses devoirs, on contrôle son journal de classe, on prépare des goûters et des repas équilibrés, on lui fait faire du sport, on l'emmène au musée, on regarde des émissions sur les animaux... Mais on ne va pas lui apprendre ses tables de multiplication. Et, même si on continue à la faire lire chaque soir, ce n'est pas à nous à lui apprendre à lire. Je n'ai pas l'intention de renverser les rôles. Je ne rends pas les enseignants responsables de la mauvaise éducation qu'on certains enfants mais je refuse qu'ils me rendent responsable d'éventuelles lacunes dans leur enseignement. 

 

comments powered by Disqus