07 octobre 2015
 

 Des mots...

Je ne suis pas ton paillasson ! Je ne suis pas le réceptacle de tes frustrations ! Pas plus que je ne suis responsable de tes problèmes ! 

Voilà des mots que je n'ai pas dit clairement. Des mots que j'aurais voulu crier mais qui sont restés coincés, sans dépasser le stade de la pensée...

Certes, je pense fort. Et quand je pense (Oui, ça m'arrive ^^ Et oui, je vais bien après ^^), ça se voit sur mon visage. 

J'ai arrêté juste à temps la réplique cinglante, la réponse à une phrase de trop, une crise de trop. Instantanément, j'ai eu envie de rétorquer "Et bien, casse-toi  ! Rends ta lettre de démission et casse-toi !". Mais un je ne sais quoi de décence ou de bonne éducation m'en a empêchée. L'idée, aussi, bien ancrée, que le perdant, c'est toujours celui qui perd le contrôle. Alors, je ne perds le contrôle qu'en solo ou à la maison. Rarement au boulot ou en public. 

Après réflexion, un week-end au vert et un début de semaine plus calme, j'aurais du m'exprimer. J'aurais du mettre des mots sur mon ressenti.

Non, je ne suis pas responsable de ton mal être. C'est toi qui vit mal une situation dont je ne suis pas la cause. C'est toi qui amène tes propres problèmes au boulot et qui à force de te plaindre de l'ambiance, la plombe justement. 

Je ne suis pas parfaite, j'ai sans doute des torts mais pas ceux que tu me reproches. Et si j'arrive à prendre du recul et pas toi, ce n'est ni mon problème ni ma faute. C'est mots-là, tout aussi durs qu'un "casse-toi" remettent en cause, forcent à l'introspection. Ces mots-là sortiront un jour. Ils blesseront sans doute, ils remettront en question.  

Et ils auront le mérite de me libérer, moi ! Parce que je suis aussi égoïste ! 

comments powered by Disqus