21 avril 2015
 

 Daredevil [série Netflix]

C'est la grande mode des séries de super héros... Après Agents of Shield, Arrow, Agent Carter, Flash et consort, voici que Daredevil débarque sur les petits écrans... 

Aveugle depuis l'enfance, Matt Murdoch est aussi doté de deux qualités exceptionnelles : il sait encaisser les coups, tout comme son père boxeur, et ses autres sens sont hyper développés. Avocat le jour, la nuit, il devient Daredevil et s'en prend aux vilains méchants pas beaux dans son quartier natal de Hell's Kitchen à New York. Voilà en très gros résumé — mais y a-t-il vraiment besoin de plus de détails ? — l'histoire de cette adaptation du Marvel éponyme. 

 

Daredevil c'est... Bien ! Là où, jusqu'ici, les histoires de super héros en série, après avoir suscité mon engouement, m'ont fortement déçue, j'éprouve du plaisir à chaque nouvel épisode de Daredevil. Et, non, ce n'est pas sexuel... Quoique Charlie Cox porte plutôt pas mal le bonnet de ski sur les yeux ^^. L'histoire tient la route, le casting est parfait. On retrouve Vincent d'Onofrio (le flic de New York, section criminelle, c'est lui), que j'ai eu du mal à reconnaître, dans le rôle du super méchant... Un vrai super méchant, pas une caricature frisant le ridicule... Ici, ce type écorché, maladroit, presque sensible peut être violent... Et d'une violence inouïe. La série aligne aussi Deborah Ann Woll, Jess dans True Blood, Scott Glenn que je n'ai pas encore aperçu... Les personnages jouent juste... Encore une fois, je ne saurais que te conseiller de visionner le show en VO pour éviter la déception des voix françaises qui, soyons clairs, arrivent rarement à laisser transparaître l'intensité du jeu des acteurs...

 

L'atmosphère de la série est très sombre, presque glauque mais sans être désagréable. On se faisait la réflexion, avec le barbare : l'esthétisme y est forcément pour quelque chose ! Les séries ne sont plus "simplement des divertissements" mais, il y a un vrai travail sur l'image qui te fait dire "c'est beau", "bien foutu", "lèché"... La violence des combats est mise en scène pour devenir presque'agréable à regarder. Mais ça reste un show pour adultes... très très très violent. Ici, ça dézingue sec et tout le monde y passe ! On est loin du héros pour adolescents que l'on trouve dans d'autres adaptations de Comics (Coucou CW !!). 

Si les 2 premiers épisodes ont un rythme assez lent qui permet la mise en place de l'intrigue, le troisième opus marque un tournant dans l'histoire : l'identité et la personnalité de Fisk (D'Onofrio) sont révélées. 

Le barbare est un peu moins enthousiaste que moi... Il attend le vrai costume de Daredevil (C'est vrai que le bonnet de ski, ça fait un peu tâche ^^). En ce qui me concerne, Daredevil est LA preuve par A + B que la série peut surpasser le cinéma et devenir un art majeur (Ouais, carrément !).

Le trailer donne une bonne idée de l'ambiance générale du show...

 

 

comments powered by Disqus